Bien manger, jeûner et vivre mieux avec longévité

Il y a environ une douzaine d’années, je me trouve dans une situation ou ma forme est loin d’être exemplaire. Mes plusieurs voyages à l’étranger ainsi que mes heures de travail sans arrêt me rattrapent. J’ai un bon 40 à 50 livres de trop, je suis continuellement fatigué et surtout mon niveau d’énergie est faible; 15 heures indique à ce point une sieste quasi obligatoire.

Pour un homme de 25 ans, cette situation est loin d’être normale ou idéale.

Ma mère remarque ma situation et me conseille grandement de faire de l’exercice pour me sortir de ce cercle sans fin. Si je continuais comme ça, il est certain que j’aurais sombré dans un surpoids duquel je n’aurais pu me sortir avec un tel train de vie.

Suivant la recommandation de ma mère ainsi que celle d’un de mes bons copains, je commence à bouger. Après une coupelle de semaine, je recommence à faire des arts martiaux; plus précisément le Jiu-Jitsu et je mange bien. 
Après moins d’un an d’entrainement, mon poids diminue grandement; je passe de plus de 230 livres à environ 180 livres (environ 82 kg). Soudainement, je me trouve avec une énergie éclatante, mes après-midi passent comme du vent, je bouge comme jamais.

À ce point la relation entre mon entrainement semble évidente, plus tu bouges, plus tu perds de poids. Toutefois, je reste perplexe devant cette perte poids et ce jusqu’à il y quelque temps. Je comprends très bien que l’activité physique ainsi que notre alimentation et la génétique sont des éléments très importants, mais comment puis-je passer si rapidement d’un poids à l’autre et 12 ans plus tard être toujours à ce poids sans toutefois faire des entraînements complexes et sans fin…

Et bien la semaine dernière fut révélatrice.

Fervent lecteur, j’ai toujours le nez dans les bouquins ou sur des sites web à la recherche d’information; je suis très très curieux. Je suis donc tombé sur un article écrit par un auteur à la BBC et celui-ci a fort probablement ouvert mes yeux à une réalité que je pratiquais sans toutefois en être pleinement conscient.

L’article informationnel incluant des liens scientifique et technique très sérieux élucide une technique de consommation de nourriture connue de plusieurs, mais qui pour moi restait un mystère – le jeûne intermittent également trouvé sous l’acronyme anglais ADF pour Alternate Day Fasting ou en français, le jeûne journalier intermittent.

Tout le monde pourra faire leur interprétation de cette méthode, mais très simplement, cette technique consiste à manger normalement pour quelques jours et ensuite jeûner pour une et continuer ensuite le processus.
Dans cet article Michael Mosley (journaliste) ainsi que le documentaire télévisuel disponible sur le site Web de la BBC, présentes différentes méthodes qui ultimement convergent vers des points communs; les grandes lignes de l’ADF.

Les explications peuvent bien varier, mais si l’on se fit sur le monde des animaux où ceux-ci peuvent se nourrir généreusement une journée puis jeûner pour une période suivante indéfinie, ceci fait beaucoup de sens.
Selon la recherche, plusieurs scientifiques ont remarqué des points communs; que lorsque le corps d’un animal jeûne, celui-ci commence à faire la réparation des cellules endommagées plutôt qu’à en faire de nouvelles !

Assez incroyable; car même les synapses du cerveau sont touchées!

Sa recherche « prouve » (scientifiquement remarqué et ceci est clairement présenté dans le documentaire de la BBC) que le jeûne baisse plusieurs indicateurs négatifs comme le niveau de sucre, la pression, la masse de graisse ainsi que la détérioration des synapses dans le cerveau.

Pour être en mesure de faire sa propre appréciation de la technique, le journaliste s’est donc aligné sur une approche ADF simple pour une période de 5 semaines. Donc 5 jours dans la semaine il mange normalement, puis 2 jours dans celle-ci il ne consomme qu’environ 600 calories (recommandation de 500 pour les femmes et naturellement ne pas faire ceci si vous portez un petit). À titre de référence, un humain « normal » devrait consommer environ 2000 calories par jour.

Donc Michael commence ce processus et le tout se complète après la période de 5 semaines déterminée. Suivant celle-ci, il recontacte les experts rencontrés lors de son voyage et leur demande leurs appréciations de sa nouvelle condition physique.

Pas besoin de vous dire que ceux-ci ne sont pas du tout surpris des résultats. Tenez-vous bien, l’homme a perdu plus de 15 livres et ces niveaux de glucose et différents indicateurs ont tous baissé de façon significative. Assez incroyable…

De plus, il y semble y avoir un lien direct entre la baisse de ces indicateurs et le cancer et problèmes cardiovasculaires qui représentent à eux seuls plus de 40% des décès dans notre société.

Mais sur ce, quel est le lien avec ma situation? Depuis plusieurs années j’avais des collègues qui me demandaient, mais comment as-tu perdu ce poids? Qu’est-ce que tu fais exactement?… Et bien je répondais toujours la même la chose : j’ai commencé à bouger, m’entrainer. Mais plusieurs me disais qu’ils bougeaient et s’entrainait régulièrement aussi et que les résultats n’étaient pas les mêmes…

Je n’avais donc aucune explication pour eux. C’est pourquoi à l’occasion je me posais cette question, mais qu’est-ce que j’ai pu faire pour changer ma situation si rapidement?

Et bien maintenant que j’ai regardé ce documentaire et consommé plusieurs articles sur ce sujet, je remarque des points communs entre cette approche et les habitudes que j’ai mis de l’avant sans toutefois en être conscient…

Donc lors de mon changement et le début de mes entrainements, mais habitudes alimentaires ont grandement changées. Parce que je voulais bouger et aller m’entrainer, j’avais « moins » le temps de manger. Ce que je veux dire est qu’au lieu de prendre le temps de me faire un grand souper, j’optais plutôt pour une petite bouffe et me disais que j’allais bien manger le lendemain.

Mais à l’occasion, le lendemain j’étais un peu occupé et je passais donc un ou deux repas. Me disant que ceci n’avait pas de bon sens, je me prenais (le surlendemain) un super bon déjeuner ainsi qu’un bon diner… et ainsi de suite sur une période de plus de 10 ans.

À un tel point que ma conjointe me disait, as-tu mangé aujourd’hui et je répondais oui une petite soupe, un petit sandwich, etc. Puis le lendemain je me tapais une bonne bouffe pour me garder sur le droit chemin.

Et voilà, sans jamais réellement être conscient de mon approche, je faisais un genre d’ADF. Quelque jours de bonne nourriture et quelques à l’occasion un quasi-jeûne puis le tout se faisait de semaine en semaine, de mois en mois, d’année en année.
Mais bon; je ne suis pas un spécialiste, ni médecin et je n’encourage surtout pas les gens à faire ceci sans consulter leur spécialiste, mais maintenant j’ai une certaine confirmation/direction que mes habitudes alimentaires ne sont peut-être pas si mauvaises que ça, j’ai peut-être une solution ou une structure pour le long terme.

Moi qui regardais le guide alimentaire canadien et me posais continuellement des questions…
Peut-être que ceci est réellement une avancée dans le monde de la santé. Peut-être que si nous prenons le temps de suivre les habitudes des animaux sur notre planète nous serons beaucoup mieux… De toute façon, regardez le documentaire, prenez le temps de lire et ayez votre propre opinion du sujet.

Vive la curiosité…