Snow Leopard + Time Machine = problèmes?

Quand Apple a fait l’annonce de la nouvelle application MAC nommée Time Machine, plusieurs d’entres nous étaient excessivement réjouit de la possibilité de faire des sauvegardes en temps réel sans avoir à ne prendre aucune action particulière sur nos postes MAC.

Rapidement, Time Machine est un logiciel propriétaire de sauvegardes incrémentales automatiques et de restaurations offertes par Apple et intégrées à la version 10.5 de Mac OS X sortie le 26 octobre 2007 (Leopard).

Nécessitant un disque dur externe comme réceptacle des données de sauvegarde, son interface graphique permet de naviguer « dans le temps », les différents dossiers et fichiers étant représentés dans des fenêtres successives présentées dans l’espace les unes derrière les autres.

Il est important de noter qu’à la base et selon la documentation technique d’Apple, un fichier qui vivra moins de 23 heures dans votre poste sera effacé des sauvegardes de Time Machine dès lendemain. Pour un fichier qui vivra moins d’une semaine, celui-ci sera effacé le mois prochain.

Finalement, seuls les fichiers « stables » qui resteront dans votre poste pendant plus d’une semaine resteront jusqu’à la saturation du disque dur externe ou plus précisément la partition de ce même disque dur externe.

À première vue un ajout hyper intéressant, je dois vous confirmer que celui-ci peut devenir un outil quelque peu agressant si vous ne prenez pas le temps de faire attention à qu’est-ce qui se passe derrière cette interface colorée.

Le problème

Simplement, il y a quelques semaines, comme plusieurs d’entres-vous, j’ai fait la mise à jour de Leopard (10.5) pour Snow Leopard (10.6). Je vous confirme aujourd’hui que cette mise à jour m’a causé beaucoup plus de problèmes qu’auparavant et même que je me demandais bien pourquoi j’avais mis à jour mon système d’opération…

Qu’est-ce qui c’est passé est relativement simple, une fois ma mise à jour effectuée, j’ai commencé, à vivre des problèmes majeurs avec Snow Leopard. Non seulement certaines incompatibilités avec des applications qui n’étaient pas encore correctement supportées dans 10.6, mais plusieurs « crashs » applicatifs qui rendaient mon utilisation de ce nouveau système d’opération très complexe, je dirais même agressante.

L’analyse

Avec cette situation, mon premier réflexe fut de simplement refaire une installation du système d’opération suivant une destruction de mes données locales ainsi qu’une partition fraiche pour la tâche. Je me disais bien que ceci allait régler la majeure partie de mes problèmes, rien n’est pire qu’une mise à jour d’un système d’opération dans de telles situations.

Une fois ma réinstallation effectuée je suis heureux de procéder au retour de mes données locales avec l’aide de notre ami Time Machine. Cette procédure est tellement simple qu’il est pratiquement impossible de dire non, il ne s’agit que de cliquer et toutes nos données reprennent leur vie en moins de trente minutes (j’avais environ pour 100 gigs de données, le temps est naturellement variable et en lien avec la dimension de votre compte utilisateur).

Donc une heure après la réinstallation de mon système d’opération, tout est de retour à la normale, mes données sont de retour, mon réseau est parfaitement fonctionnel et tout semble nickel pour l’instant. Avec une grande fierté, je démarre alors vmware fusion pour m’assurer que mes VM sont toujours fonctionnelles et bang. Vmware fusion croule sous la pression et à peine deux minutes que je suis exactement de retour ou j’en étais depuis les derniers jours… Incroyable.

Je comprends très bien que certaines applications ne seraient pas parfaites pour le nouvel environnement d’Apple, mais dans ce cas précis je m’étais assuré de mettre à jour vmware fusion à la version 3 pour minimiser les impacts potentiels sur 10.6. À ma grande surprise, même avec cette mise à jour et plusieurs autres (Firefox, etc.) je vivais continuellement des « crashs » applicatifs, et ce, plusieurs fois par jour…

Là, je devais trouver une solution… Mon MacBook Pro est un unibody de quelques mois avec 4 gigs de RAM, serait-ce possible que celui-ci est un défaut de fabrication ou autre… Les choses n’allaient pas très bien.

Les solutions possibles

Je me suis donc mis à la recherche de solutions, pendant plusieurs soirées j’ai cherché sur les différents forums habituels sans faire de trouvailles particulières… Je voyais toutefois plusieurs utilisateurs vivres les mêmes problèmes que mois sans jamais avoir de solution.

Voyant que cette avenue me menait dans un trou noir, j’ai donc commencé à faire la revue de mon installation. J’ai donc commencé par la console (sur mon 10.6 Anglais, le chemin de cette application est : /Applications/Utilities/Console).

Une fois démarrée, la console nous montre plusieurs messages, ceci venant du démarrage de l’ordinateur juste qu’à la dernière commande de mise à jour de Firefox, par exemple.

Après une étude approfondie, je me rends compte assez rapidement de plusieurs problèmes. Plusieurs fichiers en lien avec des applications qui n’existent plus tentent continuellement de démarrer des services qui ne sont clairement plus utilisés dans ma nouvelle installation de 10.6.

Par exemple, une installation passée (il y a plusieurs mois) d’un produit de Kaspersky sur mon MAC tente toujours de faire démarrer ce produit qui n’est plus sur mon MAC depuis bien longtemps. Également, je vois qu’Adobe tente de faire des mises à jour de produits qui ne sont pas installés sur mon MAC en ce moment, mais qu’est-ce qui se passe… rappelez-vous qu’à ce point, je ne vois pas de liens avec mon Time Machine.

Riches de curiosité, pendant plusieurs heures je parcours les répertoires et fichiers indiqués dans ma console :

  • /Library/InputManagers/
  • /Library/StartupItems/
  • /Library/LaunchAgents/
  • /private/var/db/launchd.db/
  • com.apple.SytemStarter
  • com.apple.launchd.peruser
  • com.apple.autofsd
  • etc…

Soudainement, tout en naviguant les répertoires et données, je clique (pardons pour ma lenteur), Time Machine a fait la sauvegarde de ces données et donc a remis en place toutes les données qu’il a jugé pertinentes au bon fonctionnement de mon installation.

Ouch, je me retrouvais donc avec des fichiers de démarrages et de configurations qui n’ont jamais été retirés de mon Time Machine. Car même en retirant l’application concernée il y a quelques mois, certains fichiers de configurations restent derrière (vous connaissez Windows?), et ceux-ci tentaient toujours de démarrer des services et autres scripts…

Après avoir clairement compris la situation, j’ai donc procédé au nettoyage complet de mon installation pour m’assurer que ma nouvelle sauvegarde avec Time Machine garde en compte seulement fichiers d’intérêts et rien de plus…

Après plusieurs heures de travail, je suis donc revenu (aux meilleures de mes capacités) avec une installation utilisateur minimale et répondant réellement à mes besoins. Malgré ce point, je comprends beaucoup mieux les impacts potentiels de Time Machine et surtout les suivis et vérifications nécessaires à la saine gestion d’un poste MAC hautement utilisé à différentes sauces.

Enfin

1 – Sans personnalisation particulière, Time Machine ne voit pas la différence entre des fichiers nécessaires et autres données possiblement problématiques.
2 – Toujours garder un œil sur la console de son MAC si vous désirez avoir une installation minimale et dynamique.
3 – Même lors d’un retrait d’une application, assurez-vous de vérifier les répertoires de démarrages et de mise en marche.
4 – Aucun système d’opération n’est parfait.

Finalement, depuis ces multiples vérifications et manipulations, mon poste roule parfaitement et je n’ai pour l’instant aucune instabilité ou écrasement particulier.

Leave a Reply

%d bloggers like this: