Si Apple veut réellement conserver son approche « think different »

Après plusieurs années de succès, Apple nous montre comment la dimension d’une entreprise ainsi que les demandes grandissantes des analystes financiers sont en mesure de sérieusement affecter la réussite d’une organisation dans la livraison de ses produits.

Premièrement, Siri – l’assistant vocal d’Apple qui commence à peine réellement être serviable dans notre vie de tous les jours. Personnellement, je trouve celui-ci excellent lorsque je suis au volant. Armé des écouteurs, il est simple et rapide de faire la création de SMS ou courriel sans jamais avoir le téléphone dans nos mains. Mais pour un produit qui est libre depuis plus d’un an et demi et qui vient d’une acquisition de plus de 24 mois, grande déception pour Apple.

Deuxièment, Maps – remplacement de l’application maps de Google. Présentée il y a moins d’un mois, mais en développement depuis plus de 24 mois, l’application est une déception. Je ne crois pas que celle-ci mérite la destruction des dernières semaines, mais disons qu’elle pourrait être plus complète. Il faut quand même indiquer que celle-ci consomme moins de 80 % de la bande passante par rapport à l’application originalement disponible sur le iPhone fournie par Google.

Troisièmement, le iPad 3. Je tiens à faire le rappel que cette mouture du iPad a été présentée en mars 2012, donc il y a moins de 7 mois et qu’il y a déjà une nouvelle version… Ouf 7 mois. Comment est-ce qu’une entreprise peut faire la sortie d’un produit similaire et 7 mois plus tard changer ce même modèle, tout ça pour un connecteur ? Libre choix des consommateurs, mais pour quand le téléphone qui est bon pour 6 mois, 3 mois…

Les trois exemples ci-dessus nous démontrent une entreprise qui veut répondre aux doléances des analystes financiers. Pourquoi?
Parce que maintenant, le calendrier de livraison d’Apple est plus important que la qualité des produits vendus. Nous voici de retour dans les années 90 chez Apple; la pire décennie, ce fut pratiquement la fin de l’entreprise pour les mêmes raisons. Beaucoup de produits, moins de qualités, manquent de direction et j’en passe.

Si Apple veut réellement garder son statut de leadeur, les projets et produits ne peuvent simplement dépendre d’un calendrier; les produits doivent être de qualité et complet, tout en respectant (et nous sommes tous conscients de ceci) une production et livraison maximale.

Finalement, si Apple veut réellement conserver l’approche « think different », elle devra nous le prouver. Car si elle mise sur une stratégie de production «rapid»… Elle va perdre son règne contre une entreprise chinoise et ceci ne prendra pas une décennie…

%d bloggers like this: