La question devient rapidement complexe.

Avec tous les scandales actuels dans notre société, tant au niveau de la politique que du domaine des affaires, il est probable que des sentiments comme les suivants prennent forme, la déception, la frustration et simplement l’indifférence pour certains.

Par des temps similaires, une des lignes de pensée que je tente d’émettre suivant nos réactions primaires est la capacité de faire mieux.

Certains des gestionnaires dans notre société sont tellement poussés à être à l’affut de tout ce qui les entours qu’à un certain point une partie d’entre eux faille et laisse simplement tomber.

Pour faire face à cet enjeu, il devient donc capital de faire non seulement la communication de nos frustrations, mais également celle de nos valeurs. Des valeurs comme le respect, l’intégrité, l’échange, le partage…

Pour ce, voici une courte lecture intéressante qui nous vient directement d’un spécialiste du marketing (donnez-moi une chance), M. Seth Godin. Dans une entrée de son blogue, il incite les gens, la population, le monde, à plutôt encourager l’humain à faire mieux.

À première vue ceci peut sembler très simple, mais lorsque l’on y pense, qu’est-ce que veut dire faire mieux? Laisser passer quelqu’un à sa place, favoriser un ami par rapport à un inconnu, chercher la simplicité et la rapidité, nommer une personne de confiance plutôt qu’un autre?

La question devient rapidement complexe.

Voici donc un extrait de son blogue : Seth Godin – http://sethgodin.typepad.com

Do more vs. do better

The easiest form of management is to encourage or demand that people do more. The other translation of this phrase is to go faster.

The most important and difficult form of management (verging on leadership) is to encourage people to do better.

Better is trickier than more because people have trouble visualizing themselves doing better. It requires education and coaching and patience to create a team of people who are better.

Suivant cette lecture, il est possible de comprendre que faire mieux est certainement plus complexe que faire plus et que cette approche demande des efforts, un suivi, une éducation, des valeurs…

Pour ce, j’encourage les leaders de tous les groupes à se poser la question suivante : Fais-je mieux?

Il est possible que l’individu ne possède pas de réponse ou encore ne soit simplement pas en mesure de comprendre la question, il est temps pour un changement. Il est temps pour cette personne de quitter les rangs et laisser sa place à un autre joueur qui possédera les compétences, connaissances et valeurs nécessaires à l’atteinte des objectifs qui lui sont présentés.

Finalement, il est capital de partager les valeurs fondamentales de notre société et donner les formations nécessaires aux intervenants. Ceci pourra probablement leur permettre de faire face aux différentes réalités et enjeux pour ainsi minimiser les chances d’erreurs et maximiser les projets et façon des gestions gagnantes.

Voici, selon moi, faire mieux.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: