Importation auto USA/Canada

Mise à jour – septembre 2012

Mise À jour pour informer les internautes que j’en suis maintenant à la fin de ma 5e année avec un Subaru Tribeca acheté aux É.-U. à la fin 2007 et tout va toujours très bien. Durant les 5 dernières années j’ai effectué deux réparations sous la garantie avec Subaru et à deux reprises j’ai envoyé mes factures chez Subaru USA et j’ai été payé rubis sur ongle.

Maintenant que je termine ma 5e année, je suis toujours couvert par la garantie prolongée qui ne m’a coûtée que 1000.00US pour 3 ans de plus (donc 6 ans au total) lors de l’acquisition de mon véhicule. Toujours aucun problème et je ne peux qu’encourager les consommateurs qu’à ce chemin… Ça en vaut tellement la peine; surtout que c’est tellement simple.

Acheter un véhicule américain et l’importer au Canada en dix étapes !

Bon, comme plusieurs personnes me posent des questions essentiellement similaires, voici les détails concernant l’importation de la Subaru Tribeca 2008 au Canada; celle-ci a été achetée en novembre 2007 chez Bill McBride Subaru.

1 – Faire le choix de votre véhicule

Cette première étape est cruciale. Avant de prendre une décision ferme, je vous recommande de contacter les manufacturiers pour confirmer les garanties et limites associées. Pour ma part, Subaru n’a aucun problème avec cette pratique. De plus, j’ai aussi entendu parler de Ford respecte les garanties des véhicules américains au Canada. En ce qui concerne les autres, par exemple Honda, il n’encourage pas cette pratique, mais les concessionnaires américains vont vendre des véhicules neufs aux Canadiens. Toutefois, Honda ne respecte pas la garantie au Canada, donc si vous avez un problème avec votre Honda américaine « back to the states you go »!

Ces différentes vérifications et discussions vont certainement influencer le choix de votre véhicule. Selon moi, la marque la plus intéressante est Subaru et de loin. Non seulement est-ce que les prix sont incroyablement plus bas aux É.-U., ils sont très respectueux de leurs clients. Mon expérience fut excellente et je recommande le concessionnaire Bill McBride Subaru de Plattsburgh (représentant – Dick Knowles).

2 – Vérifier si votre véhicule neuf ou non peut être importé au Canada sans changement significatifs

Pour ce, il est primordial d’aller sur le site Internet du Registraire des véhicules importés (www.riv.ca) et s’assurer que le véhicule en question est accepté au Canada avec aucune ou un minimum de modifications (ex.: lumière de jours, etc.). Sur le site, il y a un PDF avec tous les détails d’intérêts, marques, modèles, modifications, etc. Je vous recommande très fortement de choisir un véhicule qui ne nécessite pas de modifications, ce choix va rendre le processus beaucoup plus simple, et surtout, moins dispendieux.

3 – Contacter le concessionnaire et obtenir un prix

Ici il faut faire très attention et tenter de choisir un concessionnaire qui se trouve près de votre lieu de résidence. En cas de problèmes majeurs, ceci est toujours pratique. Pour moi, Plattsburgh était une ville de choix. Elle se trouve à environ 60 minutes du centre-ville de Montréal; très pratique.

En fonction du modèle, la différence entre les prix peut être très importante. Dans mon cas, la différence entre le véhicule acheté aux É.-U. était de plus de 20 000 dollars canadiens (tenant en compte le taux de change très intéressant – 1.07 en octobre 2007); vous avez bien lu.

Assurez-vous de bien connaitre le modèle et les prix, riches de cette information, il est beaucoup plus simple de trouver un terrain d’entente avec le concessionnaire. De plus, n’oubliez pas de demander au concessionnaire s’ils sont en mesure de gérer les différents documents qui seront nécessaires aux douanes canadiennes et américaines. Dans mon cas, mon concessionnaire a non seulement géré les documents, mais en plus m’a gardé au courant des détails. Le processus est très clair et surtout très simple. Ne vous laissez surtout pas faire peur par des « importateurs » avec des histoires mirobolantes tout ça pour prendre votre argent. Au Québec ont jouent beaucoup avec la peur des gens… beaucoup trop.

Avec de la bonne information, notre niveau de confiance est toujours nettement supérieur!

Pour commander le véhicule, le concessionnaire vous demandera un dépôt; ceci confirme alors votre achat et votre intention. Attention, une fois le dépôt donné, « it’s gone » (il n’y a plus de retours en arrière à ce point). Donc, assurez-vous de bien faire votre choix et garder le dépôt au minimum requis. Généralement, les dépôts peuvent varier entre 500 et 1000 dollars. Je vous recommande de ne pas dépasser 500 US, en cas de problème ce chiffre n’est généralement pas critique.

La commande de ma Tribeca a pris environ 3 semaines. Durant les dernières années, j’ai certains collègues qui ont attendu quelques semaines et quelques mois… Ceci n’est pas critique, mais il est pratique courante que pour les clients externes les fabricants font généralement du sur commande; ils conservent e stock local pour les gens locaux…

Suivant ceci, le concessionnaire et moi avons pris rendez-vous pour effectuer le paiement complet de mon véhicule.

4 – Préparer vos assurances ainsi que le paiement du véhicule

Pour payer mon véhicule, j’ai utilisé une marge de crédit. Le taux était nettement inférieur que pour un prêt-auto, donc si vous avez cette marge, assurez-vous d’avoir un taux logique. N’ayez par peur de marchander, les banques sont toujours prêtent à faire un effort. Une fois le taux et le montant déterminé il s’agit de faire une traite bancaire (moins chère qu’un chèque certifié) en dollars US (pas de problème pour les banques, tant qu’elles font de l’argent, la devise n’a pas d’importance).

Mes assurances n’ont aucun problème avec le fait que mon véhicule est américain (franchises, valeur à neuf, etc.). J’ai entendu de certaines compagnies d’assurance demande des attentes de certification et plus, mais je vous recommande de marchander, tôt ou tard vous aller trouver un contrat qui répond à vos besoins. Ne jamais oublier que nous sommes le client, pas eux.

5 – Rencontre chez le concessionnaire

Suivant la réception du véhicule au concessionnaire, celui-ci vous contacte pour un rendez-vous qui servira quelques besoins. Premièrement le paiement du véhicule, deuxièmement la préparation des documents qui serviront aux douanes américaines et finalement, le permit temporaire qui vous permettra de conduire le véhicule aux É.-U. ainsi qu’au Canada pour une période d’environ un mois.

Une fois le tout effectué, ont vous invites à prendre une enveloppe qui comprend la facture du véhicule, le permit temporaire ainsi que d’autres papiers d’exportation américaine. Riche de cette information, il s’agit de prendre le tout puis retourner aux douanes américaines (Export Control). Une fois sur les lieux, on remet l’enveloppe avec les documents puis le douanier confirme le tout puis vous remettra une feuille avec l’information nécessaire pour effectuer l’exportation de votre véhicule. Comme vous le voyez, vous n’avez toujours pas exporté physiquement votre véhicule. À ce point, il est nécessaire (dans l’état de New York) d’attendre 72 heures (jours travail) avant de pouvoir prendre les clefs puis conduire votre véhicule au Canada.

6 – 72 heures plus tard, préparation de l’importation

Vous êtes maintenant en mesure d’aller prendre votre véhicule chez le concessionnaire (il était naturellement resté là pendant la période de 72 heures). Au concessionnaire, il sera très important de ne pas oublier la dernière lettre capitale pour l’exportation du véhicule – une lettre du fabricant qui confirme que le véhicule ne comporte aucune modification particulière et aucun rappel du manufacturier.

Suivant un beau bonjour au représentant qui vous a aidé, il est maintenant le temps de prendre le véhicule, retourner à l’Export Contrôle des douves américaines et remettre votre feuille d’exportation (feuille qui vous a été remise lors de votre dernière visite aux douanes américaines). Le douanier fera le tour de la paperasse et vous remettra certains documents d’intérêts (titre du véhicule, facture, etc.).

Un autre beau bonjour au douanier et vous pouvez maintenant conduire votre véhicule aux douanes canadiennes

7 – Aux douanes canadiennes

Pas besoin de vous dire qu’il faut maintenant déclarer le véhicule que vous avez acheté. Une fois fait, le douanier canadien vous confirmera (à l’aide d’un petit papier jaune) le lieu où vous devez vous rendre pour payer la TPS (6% de la valeur du véhicule payé aux É.-U.) ainsi que des frais d’importation d’environ 225 dollars.

Quelques pieds plus loin, vous trouverez un comptoir où vous pourrez payer les frais et la taxe canadienne. Il est naturellement capital de montrer votre documentation que les douanes américaines vous ont remise. Ceci inclut, entre autres, la lettre du manufacturier qui confirme que le véhicule n’a pas de rappels.

8 – La venue au Canada

Après avoir payé, soyez les bienvenus au Canada. Profiter du moment pour savourer l’air frais et l’argent que vous avez sauvés. Pour certains ceci est un crime envers notre économie, pour moi, ceci est justice dans un marché qui souffre péniblement de compétition et d’importateurs avares.

9 – Inspection du véhicule fédérale et provinciale

Peu de gens savent qu’il est nécessaire de faire inspecter son nouveau véhicule pour le Fédéral (environ 100 dollars chez un Canadian Tire de votre région) mais également pour le gouvernement provincial (environ 100 dollars dans un garage reconnu par la SAAQ). Lors de la prise de rendez-vous, demander les choses nécessaires que vous devrez avoir en mains avant l’inspection. De plus, assurez-vous que votre véhicule soit en lien direct avec les normes canadiennes (ex.: lumière de jour automatique, etc.). Sur ma Tribeca, aucune modification ne fut nécessaire.

10 – En finale

En tout et partout, il faut calculer environ quatre jours de travail pour effectuer l’importation. Mon calcul comprend les recherches de concessionnaires et du prix, la confirmation des informations, les assurances, les deux rencontres chez le concessionnaire (paiement et pickup), la paperasse aux douanes, les inspections et les petits imprévus. Selon moi, pour un montant supérieur à 3000 dollars sur un véhicule qui n’a pas besoin de modifications, ceci en vaut la peine. Surtout si le dollar canadien garde sa force actuelle ou dans le futur, la retrouve.

Bonne chance!